La page blanche

Peut etre cela m’aidera, peut etre pas…

Qui n’a jamais été victime de la Page Blanche…
Vous savez, ce support que vous désirez plus que tout remplir de ce qui va traine dans le cerveau, et qui, malgré tout, continuez à vous narguez alors que vous êtes incapable de faire le moindre geste, tel l’amoureux secret pris au dépourvu par son idolatrerie venue lui parler…

Alors que j’étais en train de regarder Presque célèbre, la guitare dans les mains, j’ai tenté de composer un peu, troublé par des sentiments de rédemption partagé entre l’amour interdit et l’indécision…

Capo en 4 ? Capo en 5 ? Mon La mineur, je fais un septième ? Et merde, Mi… Majeur, Mineur, Mineur Septième ? Les 3 sonnent bien mais j’arrive pas à me décider…
Mon Sol Septième ne risque pas de changer le ton donné après mon Ré Mineur ?
J’ai pas été foutu d’aligner 3 accords que déjà ces derniers ne sont pas d’accord entre eux…

Pire que tout… Les textes… J’ai des chansons, j’ai des mélodies, j’ai des idées, mais je suis incapable d’écrire le moindre texte exprimant mes sentiments sans tomber dans le mélodramatisme digne des poèmes d’une collégienne se pensant incomprise de sa vie misérable…

J’me suis dit que tapper un peu m’aiderait…. Mais à part m’enfoncer encore plus en me rendant compte que je sais écrire un texte mais pas une chanson, tapper me fait prendre conscience d’une chose…

On a tous notre jardin secret, et nos méthodes pour le « ranger »… Certains font du sports, d’autre de la musique, d’autres font l’amour, d’autre se bourrent la gueule, certains se drogues… Et moi qui pensait m’adonner à la musique, j’me rend compte que mon truc à moi, c’est l’écriture…

Un jour, Steeve Ray Vaughan a dit, alors qu’on lui demandait d’où lui venait cette inspiration:
« C’est comme si j’étais connecté à une conscience collective, et je joue ce qu’on me dit de jouer, comme un haut parleur joue ce que passe à la radio »… (C’était pas ses mots, mais c’est l’esprit de ses dires)

Et moi, chuis pas connecté avec ma guitare, mais avec mon clavier…

Merde… Incapable de composer… Quelle merde quand on a envie de s’ouvrir un chemin de guitariste…

Peut être est il temps de tourner la page ? Peut être que mon changement de vie, s’opérant dans moins d’un mois maintenant, va remédier à tout ça…
Peut être que mon retour à Nice va m’apporter ce que ma vie à Draguignan m’a consummé ?

Ou peut être ne suis je pas encore en paix avec moi même et avec les histoires que je ne considère pas avoir terminé ?

Pourquoi n’arrivais-je pas à me convaincre moi-même quand je dis que ma première histoire d’amour est passée ? Pourquoi est-ce que j’appréhende de retrouver une relation amicale quotidienne avec la seconde fille qui fait battre mon coeur ? Pourquoi ais-je peur de revoir celle que j’ai toujours aimé ? A cause du froid entre nous, malgré les quelques 50 mètres qui séparent nos chambres ?

Peut être ne suis je toujours pas prêt à faire un peu de rangement dans ma vie ?
Ou peut être est-ce tout simplement parce que je panique à l’idée de vivre dans une autre ville, sans trouver de travail, espérant un miracle de dernière minute ?

On m’a toujours dit « Ne lache jamais une branche sans en tenir une autre », chose que j’ai toujours suivi…

Mais que faire quand la seule branche qu’on tient avec ses deux mains craque sans crier garde ?

Je pense qu’une chose est sur, c’est que je tombe…

Mais est-ce un mal ?
Werber disait qu’essayer d’aider quelqu’un à ne pas sombrer n’était pas lui rendre service… Il faut parfois accepter le fait de toucher le fond, pour mieux donner une impulsion et remonter…

J’pense qu’il vaut mieux pour moi de me jeter dans le vide, les yeux fermés, et d’attendre et voir ce qu’il se passe…
J’ai toujours su me démerder, sans avoir personne derrière moi pour m’aider, donc c’est pas une épreuve de plus qui va m’achever…

Pour rappel: 3 objectifs:
– Artistique
– Professionnel
– Personnel

Comme on dit:

« Tout ce qui ne noue tue pas nous rend plus fort »… Mais peut etre faudrait il rajouter « mais nous affaiblit »…

Mais dans le fond… Est-ce vraiment un mal de poser le genou à terre sous le poid du passé ?

Catégories Non classé

2 réflexions sur « La page blanche »

  1. Courage Poto !Jsui avec toi 😉 Si ta besoin tu connait le chemin de ma porte 😉 have Fun 🙂

    J'aime

  2. Je comrpends complètement ce que tu écris. J’ai un peu l’impression de ressentir la même chose : je sais écrire, même bien je pense parfois mais… des chansons c’est autre chose…Alors moi aussi je me pose des questions : ai-je bien fait de tout quitter pour me lancer? Suis-je faite pour ça?Ne te décourage pas! Avec toute l’émotion que l’on retrouve dans tes mots notamment, tu es indéniablement un artiste. Et un guitariste. Même un guitariste-chanteur :-)N’hésite pas à me retrouver sur MSN pour discuter de tout et de rien et de ça aussi si tu veux 😉 Je suis plus discrète mais je suis toujours là 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close